Enquête sur la modernisation de l’Église dans Le Parisien

22 février
2014

Les catholiques français veulent du changement

Le Parisien publie les résultats d’une enquête BVA faisant écho à la consultation mondiale lancée par le Vatican auprès des catholiques. A lire sur leparisien.fr.

L’enquête confirme que de graves questions se posent à l’Église. Ce sont ces questions que nous avons voulu approfondir dans notre livre, sans tabou. C’est à ces catholiques qui veulent du changement que nous nous adressons.

Extrait :

Tous attendent une modernisation de l’Église. 92% des Français et 92% des catholiques déclarent qu’ils souhaiteraient que l’Église prenne position pour l’utilisation des méthodes artificielles de contraception. De même, 91% des Français et 92% des catholiques manifestent leur volonté de voir l’Église se positionner en faveur de l’usage du préservatif, constate BVA. 89% des Français se prononcent en faveur du mariage des prêtres, tout comme 87% des catholiques. 85% des Français et 84% des catholiques souhaitent que l’Église donne la possibilité aux femmes de devenir prêtre. Enfin, 83% des Français et des catholiques attendent que l’Église accepte de remarier les personnes divorcées.


Parlez-en !Email this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedIn

Une réponse à “Enquête sur la modernisation de l’Église dans Le Parisien

  1. Parler de « modernisation » occulte le vrai débat qui doit avoir lieu.

    La « modernisation » renvoie à une croyance naïve dans un sens de l’histoire ; elle confère à l’avenir, soi disant inéluctable, une valeur absolue par rapport au passé. Bref, nous naviguons dans une sorte de mythe inversé, où ce n’est plus l’origine mais les « lendemains qui chantent » qui devient prescriptif de nos décisions individuelles et collectives.

    Mieux vaut employer un langage chrétien, autrement dit : l’Eglise en pèlerinage sur la terre doit être capable de déchiffrer les signes des temps que l’Esprit lui envoie, non pas pour se conformer au monde – mais pour être davantage encore fidèle à l’Evangile et en mesure de se faire le témoin valable du Christ.

    Par exemple, il n’existe pas aujourd’hui d’arguments théologiques solides pour refuser le mariage des prêtres ou l’ordination sacerdotale des femmes. Nous sommes ici dans le domaine de la pure discipline. La question cruciale est donc : dans l’état présent des choses, est-il judicieux et profitable pour la croissance de l’Eglise d’autoriser l’ensemble des prêtres à se marier, d’ordonner des femmes prêtres ?

    Plus généralement : quel regard renouvelé devrions-nous porter sur les ministères ?

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *