Le déni du Déni, dans Golias Hebdo du 10 avril 2014

10 avril
2014

GoliasHebdo_n331

Suite à plusieurs censures du livre, GOLIAS Hebdo met en Une
« le déni du DÉNI », un texte signé du théologien dominicain, François Bœspflug qui revient sur la question de la non-réception du DÉNI dans certains milieux et médias catholiques. Comme l’explique l’éditorial intitulé « Censure cléricale » de GOLIAS Hebdo : “Peut-être fallait-il s’attendre à cet accueil hostile tant ce livre est bouleversant, au sens où il nous fait redécouvrir des textes bibliques, tel le récit de la Création ou celui de l’Annonciation. Certes nous étions conscients de la justification de l’inégalité des sexes que certains passages de la Bible pouvaient véhiculer et justifier, mais LE DENI en démonte la logique interne.
Extraits :

C’était couru d’avance, car le propre d’une situation de déni est d’être non seulement ignorée mais niée avec indignation par ceux qui y sont plongés. Du livre paru en janvier chez Bayard, de Maud Amandier et Alice Chablis « Le Déni. Enquête sur l’Église et l’égalité des sexes», qui se soucie encore ? Du diagnostic dûment élaboré qu’il dresse en accumulant les preuves, c’est tout juste s’il est encore permis d’en parler, deux mois après sa parution. C’est déjà scandaleux mais il y a pire.
De la situation figée que ce livre a le courage d’analyser, du carcan imposé aux femmes et du silence pieusement sédiment concernant leur subordination dans l’Eglise et dans les sociétés où le christianisme fut et demeure la religion dominante, tout se passe comme s’il ne valait pas la peine que l’on parle, ou plutôt comme si l’on avait une peur bleue des conséquences en cascade qui pourraient en résulter si on le faisait vraiment. Motus et bouche(s) cousue(s).
Pour un peu, on se prendrait pour un héros d’y revenir en bravant la vague de consignes du genre “silence radio, s’il vous plaît !”. Ce fut seriné en effet (les porte-voix se reconnaîtront), non pas après la sortie du livre mais avant même qu’il ne soit sur les tables des libraires. L’éditeur a été tancé, le préfacier prié de se taire, tel philosophe imbu de lui-même a renchéri dans un magazine, le bon apôtre ou tel rédacteur d’un quotidien chrétien, décrétant avec un bel aplomb que le livre est indigeste pour un estomac chrétien, qu’il n’offre rien à lire qui soit instructif, équitable, bien documenté. Ces mises en gardes lapidaires, c’est le cas de le dire, font songer au rôle de Saul lors de la lapidation d’Etienne — soit-disant, il gardait les manteaux. Complice il était, en fait d’un bannissement et d’une mise à mort.
On ne saurait y consentir.
François Bœspflug

La suite est à lire dans Golias Hebdo n°331 du 10 avril 2014.


Parlez-en !Email this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedIn

« la »

Une réponse à “Le déni du Déni, dans Golias Hebdo du 10 avril 2014

  1. Pingback: “Le Déni. Enquête sur l’Eglise et l’égalité des sexes” « FHEDLES – Femmes et Hommes, Egalité, Droits et Libertés, Dans les Eglises et les Sociétés

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *