Sommaire

ENQUÊTE

sur les rouages d’un système millénaire

problématique

Pendant des siècles, le rapport entre les sexes a été asymétrique : le féminin étant défini comme le complément et l’aide du masculin. L’institution de l’Église catholique a été fondée dans une société patriarcale et en a théorisé la structure.

L’idéal de la Vierge Marie et son contre modèle Eve, première femme pécheresse, ont assigné aux femmes les rôles de mère et servante ; ce qui a conduit au déni de leurs autres capacités.

En les mettant à leur service les hommes se sont appropriés la force de travail des femmes, se réservant les rôles du pouvoir et du savoir. C’est le modèle masculin que l’Église renvoie au monde. Elément essentiel de cette construction pouvoir masculin/service féminin : le mariage.


ils sont au pouvoir,
elles sont au service

une anthropologie cohérente

L’Église et le féminin

Le paradoxe Eve Marie : pourquoi l’Église donne un modèle aux femmes
Le sexe du service : pourquoi les femmes secondent toujours les hommes
Le déni des femmes : pourquoi l’Église a peur de l’égalité

L’Église et le masculin

Le sexe du pouvoir : quel modèle masculin l’institution renvoie au monde
Le déni du sexe masculin : pourquoi les prêtres sont célibataires

L’Église et le patriarcat

Pouvoir et service, le dilemme : pourquoi les femmes ne peuvent être prêtres
Le mariage, la structure fondamentale : pourquoi l’Église refuse le divorce


Parlez-en !Email this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedIn